Traffico

Ambiorix était chef des Éburons, un peuple du nord de la Gaule qui infligea une cinglante défaite aux légions romaines en 54 avant J.-C., dans la région de Tongres. Un peu plus de 2000 ans plus tard naît de ses cendres Traffico, un quatuor limbourgeois qui, d’un indie armé jusqu’aux dents, décide de rallier l’étendard Honest House pour sauver une patrie à l’agonie. Les réserves de « quality rock » semblent en effet épuisées et la relève se fait attendre dans une Flandres mass-médiatisée. Dotés de cartouches avec lesquelles Pinback et Modest Mouse il y a peu faisaient mouche, Traffico s’engage dans une guerre pacifique qui lui permettra notamment de croiser Paramount Styles, Herman Dune, Mintzkov, The War On Drugs et The Hickey Underworld, ainsi que John Morand (Sparklehorse, Avail, Lamb of God,…) avec qui ils enregistrent 5 titres. C’est donc la fleur au fusil, et sans aucune crainte de l’ennemi, qu’ils sortent leur premier album fin 2010, avant d’envahir leur natale Belgïe.

#indie, post-hardcore, emo
www.myspace.com/traffico
www.facebook.com/pages/Traffico/36575992598

Premier album Finishing other people’s unfinished drinks (édition limitée vinyle+cd – HH008 – 2010) disponible via Mandaï.